logo du brgm
accueil Contacts FAQ Mentions   téléchargement

GENERALITES
fleche Qu’est-ce que le DDRM ?
fleche Risques majeurs, prévention et gestion des risques
fleche Le contexte réunionnais
 
LES RISQUES NATURELS
fleche Le risque cyclonique et vents forts
fleche Le risque mouvement de terrain
fleche Le risque inondation
fleche Le risque volcanique
fleche Le risque feu de forêt
fleche Le risque houle, marée de tempête et tsunami
fleche Le risque sismique
 
LES RISQUES TECHNOLOGIQUES
fleche Le risque transport de matières dangereuses
fleche Le risque industriel
fleche Le risque nucléaire
fleche Le risque de rupture de barrage
fleche Le risque de rupture de digue
 
NUMEROS IMPORTANTS
Préfecture de La Réunion www.reunion.pref.gouv.fr
Site internet de Météo France www.meteofrance.re
Site internet sur la vigilance crues vigicrues-reunion.re
MÉTÉO FRANCE (répondeur) 32 50
(météo sur toute l'île, 30 cts/min)

08 97 65 01 01
(point cyclone, 51 cts/appel)
ALLO SENTIERS (répondeur) 0262 37 38 39
INFO ROUTE (répondeur) 0262 97 27 27
PREFECTURE 0262 40 77 77
POMPIERS 18
POLICE - GENDARMERIE 17
SAMU 15
N° D'URGENCE EUROPEEN 112
Réunion 1ère 0262 99 2000
FREEDOM 0262 41 51 51
FESTIVAL 0262 23 45 67
FRÉQUENCES FM
REUNION 1ère St-Denis : 89.20
St-Paul : 92.60
St-Pierre : 90.7
St-Benoît : 87.9
FREEDOM St-Denis : 97.4
St-Paul : 93.4
St-Pierre : 97.4
St-Benoît : 101.3
FESTIVAL St-Denis : 107.70
St-Paul : 93.80
St-Pierre : 107.5
St-Benoît : 88.5


Qu’est-ce qu'un cyclone ?
Comment se manifeste t-il ?
Les conséquences sur les personnes, les biens et l’environnement
Le risque cyclonique et vents forts à la Réunion
Exemples d’évènements cycloniques marquants
Les mesures prises pour faire face au risque

Pour en savoir plus...

Risque cyclonique : les consignes de sécurité
Risque vents forts : les consignes de sécurité
Documents divers


Qu’est-ce qu'un cyclone ?

Un cyclone tropical est une perturbation atmosphérique tourbillonnaire se caractérisant par une énorme masse nuageuse d’un diamètre moyen de 500 km, mais pouvant dépasser exceptionnellement 1 000 km. Il naît au-dessus des eaux chaudes tropicales uniquement si des conditions thermiques, géographiques et météorologiques bien définies sont réunies. L’activité nuageuse associée au cyclone est organisée en bandes spiralées qui convergent vers un anneau central où les pluies sont torrentielles et les vents d’une violence extrême. Cet anneau, matérialisé par une muraille nuageuse de 14 à 18 km de hauteur, constitue ce que l’on appelle le mur de l’œil du cyclone. Il délimite une zone centrale « d’accalmie » correspondant à l’œil du cyclone, d’un diamètre très variable, de l’ordre de 40 km en moyenne, et où les vents sont faibles et le ciel peu nuageux.

Le cyclone est associé à une zone de basse pression atmosphérique (ou dépression) très creuse. La pression centrale est généralement inférieure à 960 hPa (hectoPascal), voire 900 hPa pour les cyclones les plus intenses, sachant que la pression atmosphérique moyenne habituelle est de 1 013 hPa au niveau de la mer. Cette différence de pression entre le cœur du système et sa périphérie est à l’origine des vents violents du cyclone.

Par définition, un cyclone tropical est une dépression d’origine tropicale dans laquelle la vitesse des vents maximaux, moyennée sur 10 minutes, est  égale ou supérieure à 118 km/h, sachant qu’à ce stade, les rafales maximales peuvent déjà atteindre 170 km/h.

Ainsi, en pratique, les « conditions cycloniques » correspondent à des vents de plus de 150 km/h en pointes. Les vents associés à des rafales comprises entre 100 et 150 km/h rentrent dans la catégorie des vents forts « non cycloniques »


Comment se manifeste t-il ?

Le caractère destructeur des phénomènes cycloniques est dû :

- aux vents, dont les rafales peuvent dépasser les  300 km/h. Les changements de direction et les renforcements, souvent brutaux, notamment de part et d’autre du passage de l’œil, peuvent être à l’origine de dégâts considérables ; par ailleurs, le vent, lorsqu’il atteint des valeurs très élevées, transforme en véritables missiles les objets parfois très lourds qu’il est alors capable d’emporter ;

- aux précipitations souvent torrentielles, source d’aléas importants : inondations, glissements de terrain et coulées boueuses en particulier ;

- à une surélévation du niveau de la mer anormale et temporaire qui, associée à la marée astronomique, donne ce que l’on appelle la « marée de tempête » ;

- à la houle cyclonique, dont les vagues générées par le vent, hautes d’une dizaine de mètres ou plus, peuvent être observées jusqu’à 1 000 km du cyclone à l’origine de sa formation.Se propageant généralement plus vite que le cyclone, la houle est d’ailleurs souvent le premier signe avant-coureur de la présence dans les parages ou de l’approche d’un cyclone.

Les conséquences sur les personnes, les biens et l’environnement

Conséquences humaines : victimes corporelles et sans abri. Les causes de décès ou de blessures sont surtout dues aux marées de tempête provoquant l’inondation des zones basses littorales et aux effets liés aux fortes précipitations(chute de blocs, coulées boueuses…).

Conséquences sur les biens : destruction partielle ou totale des édifices, des infrastructures de transports, des infrastructures industrielles, des réseaux divers(eaux, électricité, télécommunication), des infrastructures agricoles et interruption des liaisons aériennes et maritimes. Ces destructions peuvent avoir un coût considérable.

Conséquences sur l’environnement : destruction des zones forestières, des cultures, du bétail, dégâts sur la faune et la flore liés aux inondations et aux vents violents.

 

Le risque cyclonique et vents forts à la Réunion

La menace cyclonique à La Réunion s’étend de décembre à avril, avec un maximum de risque sur les trois mois d’été austral, entre janvier et mars. Néanmoins, dans le bassin cyclonique du sud-ouest de l’océan Indien, des cyclones matures ont déjà été observés dès le mois d’octobre et jusqu’en mai.

Même si statistiquement, il apparaît que les régions est et nord-est de la Réunion sont davantage exposées, tous les secteurs de l’île sont néanmoins susceptibles d’être touchés par la partie la plus active d’un cyclone tropical. (zone la plus violente, assez réduite, située au cœur du cyclone).
Les statistiques donnent une période de retour d’environ 6 ans pour l’observation de vents cycloniques sur l’île. Ceci dit, il est déjà arrivé que deux cyclones ravagent ou affectent l’île à un an d’intervalle (par exemple en 1944 et 1945) ou lors des saisons cycloniques 2012/2013 et 2013/2014, avec les passages rapprochés des cyclones DUMILE et BEJISA.

Par ailleurs, les tempêtes tropicales peuvent aussi provoquer des dégâts importants lorsqu’elles passent à proximité immédiate de l’île, de par les pluies abondantes qu’elles peuvent générer.
Aussi, si l’on considère l’ensemble des cyclones et tempêtes qui sont passés à moins de 100 km des côtes ces dernières 40 années, la durée de retour d’un tel phénomène s’établit alors à environ 2 ans, avec toutefois une répartition très irrégulière dans le temps.

Exemples d'évènements cycloniques marquants

Janvier 2014 – Cyclone Béjisa – 1 mort et de nombreux dégâts (le mur de l’oeil est passé à 10-15 km au large des côtes Ouest)
Janvier 2013 – Cyclone Dumile – 1 mort et dégâts matériels
Février 2009 – Cyclone intense Gael – 3 morts et dégâts matériels
Février 2007 – Cyclone Gamède – 2 morts et de nombreux dégâts matériels dont l’effondrement du pont aval de la rivière Saint-Étienne
Janvier 2002 – Cyclone Dina – dégâts très importants

Les mesures prises pour faire face au risque

flecheLa prise en compte du risque dans les règles de construction

Il s’agit de mettre en œuvre des règles de construction para-cyclonique destinées à améliorer la résistance générale du bâti contre les cyclones et surtout contre les vents violents. Un bâtiment construit selon ces règles pourra subir des dégâts plus ou moins importants mais préservera mieux la vie de ses occupants.


flecheLa prise en compte du risque dans l’aménagement du territoire

La réduction des conséquences destructrices des cyclones passe par la maîtrise de l’urbanisation dans les zones à risque grâce aux différents documents d’urbanisme existants (SAR, SCOT, PLU, PPR…).


fleche La surveillance météorologique

La surveillance des dépressions et cyclones tropicaux repose pour l’essentiel sur l’exploitation des données satellitaires. Ces images permettent de localiser le centre de la perturbation et donc, d’une image sur l’autre, de déterminer son déplacement ; l’utilisation de techniques d’analyse fiables et performantes permettent également d’en apprécier l’intensité. Pour la réception directe de ces images, le Centre des Cyclones Tropicaux de la Réunion
(direction interrégionale de Météo-France à Saint-Denis) est doté de plusieurs stations de réception satellitaire à haute résolution. Par ailleurs, des progrès sont enregistrés au niveau de la prévision de ces phénomènes grâce à l’amélioration progressive de la modélisation numérique. Ainsi, l’analyse des perturbations tropicales, leur suivi et la prévision de leur trajectoire et de leur intensité permettent de déclencher à temps les alertes cycloniques.

fleche
La gestion de crise et les systèmes d’alertes cycloniques et de vents forts

En cas de menace cyclonique, le préfet déclenche les alertes prévues par le dispositif spécifique ORSEC (DSO) « Cyclones », afin d’avertir en temps utile la population. Ce système d’alerte a permis de faire chuter considérablement le nombre de victimes et l’ampleur des dégâts provoqués par un cyclone. Le plan prévoit deux niveaux d’alerte, l’alerte orange cyclonique et l’alerte rouge cyclonique, précédés d’une phase de pré-alerte cyclonique et suivis d’une phase de
sauvegarde cyclonique:

 la pré-alerte cyclonique : il s’agit d’une mise en garde contre le danger cyclonique. Une perturbation cyclonique évolue dans la zone ; elle présente une menace potentielle pour la Réunion dans les jours qui suivent (au-delà d’un délai de 24 heures) ;

 alerte orange cyclonique : la menace se précise. Il peut y avoir danger pour l’île dans les 24 heures. Les établissements scolaires et les crèches ferment mais la vie économique continue ;

 alerte rouge cyclonique : elle indique que le danger cyclonique est imminent ; le cyclone ou la tempête affectera l’île ou sa périphérie immédiate dans les heures qui suivent occasionnant des conditions cycloniques. En alerte rouge, toute circulation est formellement interdite et il est interdit de sortir de chez soi. La population dispose d’un préavis de 3 heures pour se mettre à l’abri et prendre toutes mesures propres à assurer sa sécurité et celle de ses proches ;

 la phase de sauvegarde cyclonique : la menace cyclonique est écartée mais des dangers demeurent suite au passage du phénomène (réseau routier totalement ou partiellement impraticable, arbres arrachés, fils électriques à terre, radiers submergés, éboulements, etc.). Tous les établissements scolaires et les crèches restent fermés. La circulation peut être partiellement ou totalement interdite.

En cas de risque de vents forts non « cycloniques » (entre 100 et 150 km/h en pointes), associés au passage au loin d’un cyclone ou d’une tempête ne justifiant donc pas l’activation du DSO « Cyclones », mais pouvant avoir des conséquences néfastes sur tout ou partie de l’île, c’est le DSO « Évènements Météorologiques Dangereux » (EMD) qui s’applique. Météo-France diffuse alors des bulletins de vigilance « vents forts », assortis de conseils de comportement  permettant l’information de la population. En cas de désordres importants, le préfet peut en déclencher la phase de sauvegarde dont l’objectif est d’organiser les secours aux populations.

Au niveau communal, le maire met en oeuvre le plan communal de sauvegarde, institué par l’article 13 de la loi n°2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile, qui a vocation à regrouper les documents contribuant à la protection de la population. Ce plan décrit notamment l’organisation et la diffusion de l’alerte et le recensement des moyens disponibles.

Le lien entre le Plan communal de sauvegarde et le dispositif spécifique ORSEC «Cyclones» ou «EMD» doit être établi.

fleche La Vigilance Crues

La Cellule de Veille Hydrologique (CVH) de la DEAL Réunion créée en octobre 2010 et constituée de 7 agents, assure le suivi hydrométrique continu sur 17 bassins versants à enjeux dont les données sont collectées en temps réel par radio. En étroite collaboration avec Météo-France, elle exploite les données de pluie issues des pluviomètres et de lame d’eau radar, pour la caractérisation des pluies et le suivi des épisodes pluvieux.

En cas d’épisode pluvieux significatif et/ou lors du déclenchement du dispositif spécifique ORSEC « EMD » ou « Cyclone » un suivi en temps réel des réactions hydrologiques est activé et la CVH organise la production de la « Vigilance Crues » (émission de bulletins). Opérationnelle depuis 2013, la vigilance Crues a pour objectif de qualifier le niveau de risque de crues par débordement de cours d’eau afin de mieux anticiper la gestion de la crise et fournir une aide à la décision aux gestionnaires de crise, conformément au Dispositif Spécifique ORSEC (DSO) "Vigicrues" signé en novembre 2015.

Pour les 2 niveaux de Vigilance Crues les plus élevés (orange et rouge), le bulletin de Vigilance Crues est décliné en message d’alerte par la préfecture (EMZPCOI), et adressé en mode automatique vers les acteurs locaux.

La CVH assure la diffusion continue des données hydrométriques en temps réel et de la Vigilance Crues le cas échéant, sur le site internet www.vigicrues-reunion.re .




LE RISQUE CYCLONIQUE : consignes spécifiques de sécurité.





1. Se mettre à l’abri
2. Écouter la radio
3. Respecter les consignes

 


En cas de cyclone, on distingue :

 la pré-alerte cyclonique : menace à plus de 24h

 l’alerte orange cyclonique : danger potentiel dans les 24h

 l’alerte rouge cyclonique : danger imminent – préavis de 3h

 la phase de sauvegarde cyclonique : menace écartée mais il reste des dangers


PLUS DE 24h AVANT – PRE-ALERTE CYCLONIQUE
- se tenir informé : suivre les prévisions météorologiques et les bulletins d’information
- ne pas entreprendre de longues randonnées, ni de sorties en mer
- vérifier ses réserves
(eau, conserves, piles, médicaments, bougies…)
- ne pas s’approcher du rivage en cas de forte houle
- s’assurer de connaître l’adresse ainsi que le numéro de téléphone du centre d’hébergement le plus proche de son domicile et noter les numéros de téléphone utiles

24h AVANT – ALERTE ORANGE CYCLONIQUE
- se tenir informé
- vérifier et constituer ses réserves
- rentrer les objets que le vent peut emporter (mobilier de jardin, etc.)
- renforcer les structures (hauban, toiture…) et protéger les ouvertures (volets, planches…)
- rentrer les animaux
- vérifier l’adresse et le téléphone du centre d’hébergement le plus proche

PENDANT – ALERTE ROUGE CYCLONIQUE
Rejoindre son domicile ou un centre d’hébergement durant la période de préavis et ne sortir en aucun cas ensuite
- se tenir fréquemment informé
- ne téléphoner qu’en cas d’absolue nécessité
- se méfier du calme de l’œil du cyclone et redoubler de vigilance la nuit
- rester calme, ne pas paniquer
- attendre impérativement la levée de l’alerte pour sortir et prendre son véhicule que si le réseau routier est annoncé praticable

APRES – PHASE DE SAUVEGARDE CYCLONIQUE
La menace cyclonique est écartée mais il reste des dangers : arbres arrachés, fils électriques à terre, radiers submergés, mouvements de terrain, etc.
- se tenir informé
- ne pas encombrer les lignes téléphoniques
- ne pas gêner les équipes de secours
- ne pas toucher aux fils électriques ou téléphoniques à tombés à terre
- vérifier l’état des aliments, s’assurer de la qualité de l’eau (préférer l’eau en bouteille)
- ne prendre son véhicule qu’en cas de nécessité et s’assurer que la circulation est autorisée
- ne pas franchir les radiers submergés ou les ravines en crues

LE RISQUE VENTS FORTS : consignes spécifiques de sécurité.





1. Se mettre à l’abri
2. Écouter la radio
3. Respecter les consignes


En cas de vents forts, on distingue :

 la vigilance météorologique : un risque d’occurrence de vents forts existe. Elle comporte deux niveaux : « Vigilance » et «Vigilance renforcée », cette dernière correspondant à un danger accru en raison de l’intensité exceptionnelle attendue pour ce phénomène.

 la phase d’alerte: les vents forts provoquent ou sont susceptibles de provoquer des désordres importants sur tout ou partie de l’île justifiant la mobilisation des moyens de secours.

VIGILANCE MÉTÉOROLOGIQUE

Dans la mesure du possible :

- rester chez vous
- se tenir informé (radios, prévisions météorologiques…)

En cas d’obligation de déplacement :

- se limiter au strict indispensable en évitant, de préférence, les secteurs forestiers
- limiter la vitesse sur route, en particulier si le véhicule ou l’attelage conduit est sensible aux effets du vent
- signaler son départ, sa destination et son arrivée à ses proches

Pour protéger votre intégrité et votre environnement proche :

- ranger ou fixer les objets sensibles aux effets du vent ou susceptibles d’être endommagés
- être vigilants face à l’envol et aux chutes possibles d’objets divers, tels que branches, tôles, panneaux, …
- n’intervenir en aucun cas sur les toitures et ne pas toucher à des fils électriques tombés au sol
- ne pas sortir en mer, renforcer les amarres des bateaux à quai
- ne pas se promener en forêt, sur le littoral ou sur les plages
- prévoir des moyens d’éclairage de secours et faire une réserve d’eau potable
- en cas d’utilisation d’un dispositif d’assistance médicale (respiratoire ou autre) alimenté par l’électricité, prendre ses précautions en contactant son établissement de santé ou son association de prise en charge

PHASE DE SAUVEGARDE

Mesures collectives prises en cas de nécessité et pour un temps limité (liste indicative) :

- tous les établissements scolaires, crèches, jardins d’enfants, centres de vacances et centres de loisirs sans hébergement doivent fermer sur tout ou partie de l’île
- tous les axes routiers présentant des risques pour les usagers sont fermés jusqu’à nouvel ordre et des déviations sont mises en place
- les services compétents mettent en œuvre le dispositif de mise à l’abri des insuffisants respiratoires et rénaux des secteurs touchés
- les organisateurs de grands rassemblements doivent envisager la possibilité d’annulation qui peut aussi être décidée par le Préfet
- tous les sentiers de randonnée présentant des risques sont fermés jusqu’à nouvel ordre
- les municipalités activent les centres d’hébergement
- les municipalités procèdent à des évacuations préventives dans les secteurs les plus exposés aux risques d’inondations



Le cyclone DINA au plus près de la Réunion le 22 janvier 2002 :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

L’œil du cyclone sur le scope du radar Météo-France
du Colorado (Saint-Denis) le même jour :


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.