logo du brgm
accueil Contacts FAQ Mentions   téléchargement

GENERALITES
fleche Qu’est-ce que le DDRM ?
fleche Risques majeurs, prévention et gestion des risques
fleche Le contexte réunionnais
 
LES RISQUES NATURELS
fleche Le risque cyclonique et vents forts
fleche Le risque mouvement de terrain
fleche Le risque inondation
fleche Le risque volcanique
fleche Le risque feu de forêt
fleche Le risque houle, marée de tempête et tsunami
fleche Le risque sismique
 
LES RISQUES TECHNOLOGIQUES
fleche Le risque transport de matières dangereuses
fleche Le risque industriel
fleche Le risque nucléaire
fleche Le risque de rupture de barrage
fleche Le risque de rupture de digue
 
NUMEROS IMPORTANTS
Préfecture de La Réunion www.reunion.pref.gouv.fr
Site internet de Météo France www.meteofrance.re
Site internet sur la vigilance crues vigicrues-reunion.re
MÉTÉO FRANCE (répondeur) 32 50
(météo sur toute l'île, 30 cts/min)

08 97 65 01 01
(point cyclone, 51 cts/appel)
ALLO SENTIERS (répondeur) 0262 37 38 39
INFO ROUTE (répondeur) 0262 97 27 27
PREFECTURE 0262 40 77 77
POMPIERS 18
POLICE - GENDARMERIE 17
SAMU 15
N° D'URGENCE EUROPEEN 112
Réunion 1ère 0262 99 2000
FREEDOM 0262 41 51 51
FESTIVAL 0262 23 45 67
FRÉQUENCES FM
REUNION 1ère St-Denis : 89.20
St-Paul : 92.60
St-Pierre : 90.7
St-Benoît : 87.9
FREEDOM St-Denis : 97.4
St-Paul : 93.4
St-Pierre : 97.4
St-Benoît : 101.3
FESTIVAL St-Denis : 107.70
St-Paul : 93.80
St-Pierre : 107.5
St-Benoît : 88.5


Qu'est-ce qu'une digue?
Comment se manifeste-t-il ?
Les conséquences sur les personnes, les biens et l’environnement
Le risque de rupture de digue à la Réunion
Quelques exemples marquants
Les mesures prises pour faire face aux risques

Pour en savoir plus...
Les consignes de sécurité

Qu’est-ce qu'une digue?

“Une digue est un ouvrage longitudinal qui a pour fonction de faire obstacle à une venue d’eau.” Elle peut être constituée également d’ouvrages annexes (déversoirs, batardeaux...).

La “digue” est donc un ensemble cohérent, du point de vue du fonctionnement hydraulique, d’ouvrages dont l’objectif est la protection contre les crues.

La circulaire du 8 juillet 2008 relative au contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques) définit la « digue » comme :

 les ouvrages de protection contre les inondations fluviales, généralement longitudinales au cours d’eau ;

 les ouvrages de protection contre les submersions marines ;

 les digues des rivières canalisées ;

 les ouvrages de protection à l’embouchure des torrents.

Depuis 2007 la réglementation impose un classement des digues (classe A, B, C) fonction des critères de hauteur (ouvrage >1.5m) et du nombre de personnes protégées.

Comment se manifeste-t-il ?

cliquez pour agrandir

Les digues fluviales en remblai sont concernées par quatre mécanismes classiques de rupture :

1. la sur-verse par-dessus la digue,

2. l’érosion interne due aux infiltrations à l’intérieur du corps de la digue (« renard »),

3. les érosions externes provoquées par le courant :

a. les affouillements en pied d'ouvrage

b. sur l'ouvrage

4. les glissements de talus

Les conséquences sur les personnes, les biens et l’environnement

Derrière les digues, il existe un risque réel pour les vies humaines.

La rupture d’un ouvrage de protection engendre une inondation soudaine pouvant avoir de multiples conséquences :

 Des dégâts matériels considérables sur l’ensemble des infrastructures en aval ;

 Un coût pour l’économie et la vie locale ;

 Des problèmes environnementaux dus aux dépôts (sables, gravats) dans les zones inondées.

Le risque de rupture de digue à la Réunion

Les ouvrages d'endiguement de la Réunion sont particuliers ; leurs structures et leurs dimensionnements sont adaptés à des crues soudaines et violentes de type torrentiel qui se caractérisent par des vitesses élevées et le plus souvent un important charriage de matériaux.

Ainsi, on retrouve très souvent des endiguements en enrochements liés, des canaux en forme de « U » en béton ou encore des épis permettant de recentrer les écoulements à un endroit déterminé du cours d’eau.

Bien que ces types d'ouvrages ont des pathologies spécifiques, à ce jour, aucune digue n'a fait l'objet de rupture.

Quelques exemples marquants

- Canal Patates à Durand lors de Hyacinthe en janvier 1980. Il s’agit d’une incision volontaire de la digue afin de réguler la surverse de la digue et éviter l’inondation de certains quartiers.

- Effondrement d’une partie de la digue en rive droite de la Rivière des Galets lors du passage du cyclone Gamède en février 2007.



Les mesures prises pour faire face au risque

La prévention des ruptures de digues concerne les acteurs suivants :

 le propriétaire de l’ouvrage, en application des dispositions du Code civil, est responsable de la bonne tenue de son ouvrage,

 l'État (le préfet) intervient dans le cadre de la police de l'eau.

 le maire , Au titre de ses pouvoirs de police générale, est responsable de la sûreté et de la sécurité de ses administrés.


fleche Le recensement avec arrêté préfectoral

L’État a pour rôle de recenser l’ensemble des digues présentes sur le territoire national à des fins de constitution d’une base de données, d’identifier ceux dont la rupture pourrait mettre en danger des vies humaines, de recenser les maîtres d’ouvrage et de contrôler la sécurité des digues.

A La Réunion, le classement des ouvrages, selon les critères établis par le décret du 12 mai 2015, fait apparaître :

 Aucun ouvrage de classe A

 7 ouvrages de classe B

 12 ouvrages de classe C


fleche Les études de dangers

La réglementation depuis 2007 impose la réalisation d’une étude de dangers pour toutes les digues classées (A, B, C). L’étude doit déterminer tous les dangers engendrés par la présence de l'ouvrage et de « la libération accidentelle d'eau dans la zone protégée» suite à une défaillance de la digue ou à un dysfonctionnement d’un organe (vanne, canalisation).

L’étude de dangers débouche donc sur une série hiérarchisée de scenarii suivant une classe de gravité. Le propriétaire de l'ouvrage propose une démarche de réduction des risques les plus critiques.


fleche La surveillance

La réglementation impose une prise en charge de la digue, elle amène à déterminer un responsable (propriétaire ou gestionnaire) de la digue et à organiser une gestion de l’ouvrage qui prenne en charge techniquement et financièrement :

 les travaux d’entretien courant et de restauration,

 la surveillance régulière et en crue de la digue,

 les visites approfondies et détaillées de l'ouvrage.

Ces mesures sont décrites dans « les consignes écrites ».


fleche La prise en compte dans l’aménagement : la liaison avec les Plans de Prévention des Risques (PPR)

L’étude de danger d’un ouvrage classé permet de définir les différentes zones d’aléas d’inondation derrière l’ouvrage, en cas de rupture (appelés aussi aléas résiduels).
En conformité avec la stratégie nationale du risque inondation, le principe général est l’inconstructibilité derrière les ouvrages de protection. Néanmoins, compte-tenu des contraintes particulières du territoire réunionnais, les plans de préventions des risques (PPR) à la Réunion proposent de retenir une traduction réglementaire adaptée des risques résiduels, pour permettre (sous conditions strictes) la densification de l’urbanisation derrière les ouvrages, voire l’implantation d’enjeux nouveaux dans les secteurs les moins exposés.


fleche La gestion de crise : la liaison avec les Plans Communaux de Sauvegarde (PCS)

Lorsqu’une digue existe sur une commune et qu’elle protège des habitants, le maire anticipe et prévoit au PCS (plan communal de sauvegarde) des plans d’alerte et d’évacuation. Il complète son action par de l’information préventive, tenant compte du risque de rupture de digue.

La transmission réciproque des informations en période de crue entre le maire et le responsable de la digue doit permettre d’avoir un suivi en temps réel des risques et d’anticiper les décisions d’évacuation.



Les consignes de sécurité



1. Se mettre à l’abri
2. Écouter la radio
3. Respecter les consignes


   

Le risque rupture de barrage est vraiment minime à La Réunion. Cependant, il faut rester vigilant. Il s’agit donc plus de consigne de bon sens que de consignes de sécurité.

 AVANT

- Se renseigner auprès de la commune pour savoir si l’on est concerné par le phénomène

- Connaître les points hauts sur lesquels se réfugier (collines, étages élevés des immeubles résistants), les moyens et itinéraires d'évacuation.

PENDANT

- Évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches.

- Ne pas revenir sur ses pas

APRES

- Aérer et désinfecter les pièces.

- Ne rétablir l'électricité que sur une installation sèche.



LOCALISATION DES OUVRAGES CONSTRUITS OU AMENAGES EN VUE DE PREVENIR LES INONDATIONS - LA REUNION

(cf. Décret n° 2015-526 du 12 mai 2015 relatif aux règles applicables aux ouvrages construits ou aménagés en vue de prévenir les inondations et aux règles de sûreté des ouvrages hydrauliques)


Carte d'aléa de rupture de digue

cliquer pour agrandir